Inégalités : près d'une femme sur deux victime de discrimination salariale

Communiqués de presse · 07.11.2023 · 4min Temps de lecture

Inégalités et discriminations salariales | Blog Appinio

Dans le cadre de la campagne de sensibilisation menée par la newsletter féministe les Glorieuses - #6novembre11h25 - Appinio dévoile les résultats d'une étude sur les inégalités salariales entre les femmes et les hommes.

Etat des lieux en 2023

  • 45 % des femmes considèrent avoir déjà été victimes de discrimination salariale, et pour 42 % d’entre elles cette discrimination était liée au genre (contre seulement 11 % pour les hommes). 

  • Face à cette situation, les deux-tiers (63%) sont restées sans réaction. 25 % déclarent avoir fait un signalement au sein de leur organisation (que ce soit auprès de leur direction, du CSE ou d’un représentant du personnel) et seulement 12 % indiquent avoir initié une procédure (conseil de prud’hommes par exemple). 

  • 87 % des femmes trouvent anormal l’écart de rémunération avec les hommes, c’est même inadmissible pour 55 % d’entre elles. Près des trois quarts des hommes (74 %) partagent également cet avis, mais ils sont moins catégoriques (43 % considèrent que ce n’est pas normal et 31 % que c’est inadmissible). 

  • 57 % des femmes actives considèrent que les attentes sociales liées à leur genre ont une incidence sur leurs objectifs de carrière (vs 43 % des hommes). 

  • 82 % des Français considèrent que les opportunités professionnelles ne sont pas réparties équitablement entre les hommes et les femmes (87 % des femmes et 77 % des hommes). 

 

Rémunérations et augmentations

  • Les femmes actives sont globalement moins satisfaites de leur rémunération que leurs homologues masculins. Elles sont en effet plus des deux tiers (66 %) à considérer ne pas être rémunérées à leur juste hauteur (voire pas du tout pour 25 % d’entre elles) contre 58 % des hommes.

  • Plus des trois quarts des Français (76 %) estiment que les femmes et les hommes ne sont pas traités équitablement en matière de promotion et d'augmentation. Les femmes sont plus catégoriques sur ce point : 84 % vs 69 % des hommes.

  • Les femmes semblent d’ailleurs être augmentées moins souvent que les hommes : en effet, 44% des actifs masculins déclarent avoir eu une augmentation au cours de l’année passée, contre 31 % pour les femmes. Plus d’un tiers (34 %) déclarent que leur dernière augmentation remonte à plus de deux ans (voire plus de 3 ans pour 21 %), contre 28 % pour les hommes.

  • Si 97 % des femmes actives estiment mériter une augmentation, seulement 26 % d’entre elles se disent prêtes à provoquer une discussion avec leur supérieur hiérarchique, la plupart (40 %) préférant en effet attendre un moment plus approprié (comme un entretien annuel par exemple). Pour le tiers restant c’est beaucoup plus compliqué : 14 % se disent incapables de demander une augmentation, et 21 % déclarent savoir d’avance que c’est inutile. 

  • Quand il s’agit de demander une augmentation, les femmes et les hommes n’abordent pas la discussion de la même manière : en effet, les femmes sont (plutôt) stressées à 51 %, alors que les hommes sont eux (plutôt) confiants à 66 %.

Attentes envers le gouvernement

  • 91 % des Français considèrent que le gouvernement devrait prendre davantage de mesures en faveur de l’égalité salariale (96 % des femmes vs 87 % des hommes). 

  • 90 % des Français pensent que le gouvernement devrait obliger les entreprises de plus de 50 salariés à avoir un(e) référent(e) égalité salariale (94 % des femmes vs 85 % des hommes). 

  • 88 % des Français pensent que le gouvernement devrait rendre obligatoire la transparence de la grille salariale en entreprise (90 % des femmes vs 85 % des hommes). 

 

 

Pour accéder aux résultats bruts de l'étude,

consultez notre Dashboard ici

 

 

Méthodologie : 

Etude conduite en France du 27 au 30 octobre 2023 auprès de 1000 répondants. Représentativité nationale assurée par application de quotas. 

 

 

À propos d'Appinio

Appinio est une solution d’études agiles allant du DIY au full service. Grâce à son approche innovante, reposant sur un panel propriétaire engagé, une plateforme tout-en-un et des Consultants Études expérimentés, Appinio a déjà séduit plus de 2 000 entreprises utilisatrices. Fondée en Allemagne en 2016, la start-up est désormais présente en France, en Espagne, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Appinio est certifié B Corp. 

Améliorez votre stratégie d'études de marché

Recevez les dernières informations, rapports, astuces et autres directement dans votre boîte de réception.

You can call this via showToast(message, { variant: 'normal' | 'error' }) function